Accueil > À notre sujet > Nouvelles > La bourse d’études en génie Graydon Nicholas pour étudiants autochtones

La bourse d’études en génie Graydon Nicholas pour étudiants autochtones

19 novembre 2012

Salvator Poirier du Madawaska reçoit la prestigieuse

bourse d’études en génie Graydon Nicholas pour étudiants autochtones

 

FREDERICTON — Salvator Poirier(à droite), étudiant en deuxième année de génie à l’Université du Nouveau‑Brunswick, a obtenu la bourse d’études en génie Graydon Nicholas(De gauche), pour étudiants autochtones au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée récemment à la Résidence du gouverneur à Fredericton.Lt Gov and Salvator

 

Membre de la Première Nation malécite de Madawaska nommé au palmarès du doyen l’an dernier, M. Poirier a déclaré que l’obtention de la bourse d’études renouvelable de 3000 $ avait une grande importance pour lui.

« Cela réduira énormément le stress de financer ma scolarité, a-t-il expliqué. La formation postsecondaire coûte cher. Cette aide financière me permettra de me concentrer davantage sur mes études. Cela m’aidera aussi à me motiver à bien réussir en classe, sachant qu’il y a des gens qui sont prêts à investir en moi. Je voudrai aussi garder de bonnes notes, afin de rester admissible au renouvellement de la bourse. »


Nommée en l’honneur du premier lieutenant-gouverneur autochtone du Nouveau-Brunswick, la bourse d’études en génie Graydon Nicholas pour étudiants autochtones a été établie en 2010 par Ingénieurs et géoscientifiques Nouveau-Brunswick (AIGNB) pour inciter un plus grand nombre d’étudiants néo-brunswickois des Premières Nations à entreprendre une formation en génie. Elle est offerte chaque année à une personne autochtone du Nouveau-Brunswick qui a été acceptée à un programme de génie à l’Université du Nouveau-Brunswick ou à l’Université de Moncton.

 

La présidente de l’AIGNB, Jean Boudreau, ing., rappelle que « notre association régit la profession d’ingénieur et accorde des permis d’exercice depuis 1920. Nous représentons des milliers d’ingénieurs néo-brunswickois de tous horizons. La création de cette bourse d’études nous avait permis de souligner le 90e anniversaire de notre association au moyen d’un geste qui célèbre et encourage la diversité dans nos professions. »

 

Le lieutenant-gouverneur Nicholas a ajouté que « les collectivités autochtones ont besoin d’un plus grand nombre de bons modèles. Je suis fier que cette bourse d’études porte mon nom et j’espère qu’elle aidera d’autres étudiants de nos Premières Nations à réaliser que le génie est une profession noble et nécessaire à laquelle ils peuvent accéder. »

 

M. Poirier envisage une carrière d’ingénieur mécanique après l’obtention de son diplôme. « J’aime résoudre des problèmes avec des matériaux et des métaux, a-t-il expliqué. Le génie mécanique m’ouvre tellement de portes sur le plan professionnel. Je rêve de pouvoir me servir de mes compétences en tant qu’ingénieur au profit des collectivités. »

 

« De nos jours, le génie est tout est aussi important pour les collectivités autochtones qu’il l’est pour le reste du monde. Depuis les canots en écorce de bouleau, aux iglous, aux raquettes à neige et aux technologies de conservation des aliments, les peuples autochtones du Canada ont un long passé de réalisations dans le domaine du génie. J’espère pouvoir enrichir ce patrimoine d’innovations. »

 

Administrée par la Fondation pour les études de l’AIGNB, la bourse d’études en génie Graydon Nicholas pour étudiants autochtones est renouvelable jusqu’à concurrence de cinq ans sous réserve d’un bon rendement scolaire. Elle peut servir à payer les droits de scolarité, les manuels, le transport et les frais de subsistance pendant que l’on fréquente l’université.

 

Pour déposer sa candidature ou pour en savoir plus sur les critères d’admissibilité pour obtenir la bourse d’études, communiquez avec la Fondation pour les études de l’AIGNB au 506-451-9624 ou, par courrier électronique, à l’adresse apegnb.com

 


 

Fondée en 1920, Ingénieurs et géoscientifiques Nouveau-Brunswick (AIGNB) sert les Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises et protège leur santé et leur prospérité en réglementant la pratique du génie et des sciences de la Terre dans la province. Comptant plus de 5 500 membres, l’association est affiliée à Ingénieurs Canada (qui représente environ 250 000 ingénieurs de l’ensemble du Canada) et Géoscientifiques Canada (qui représente environ 11 000 géoscientifiques de l’ensemble du Canada).